A quelle intensité s'entraîner durant la grossesse ?

Mis à jour : janv. 18

Durant vos entrainements plusieurs aspects doivent être pris en compte afin d'ajuster l'intensité : l'état physique, mentale, contre-indications particulières, matériels pour soulager... Dans cet article, retrouvez mes conseils pour vous entraîner sereinement !



Les infos utiles :

  • Du cardio sans gros essoufflement et sans impact.

  • Entre 30 min à 1h par jour selon l'intensité de votre training.

  • Vous pouvez vous entraîner à une même fréquence que d'habitude, simplement le training sera adapté. Perso, je m'entraîne en moyenne 3 à 4 fois par semaine selon si j'ai été très active dans la journée.

  • Se laisser plus de temps de récupération.

  • Continuer à travailler notre mobilité mais éviter les longs étirements.

  • Du renforcement avec une charge modérée ou aucune.


Plus précisément :

Pour nous, futures mamans nous devons (de manière générale) nous concentrer sur les phases d’activation (bouger) et d’éducation (avec la bonne technique) sur un niveau d’intensité modéré. Car notre corps subit déjà de nombreux changements durant la grossesse qui créent pas mal de tensions, de pressions et de fragilités. Pensez (RE)MISE EN FORME et non performance.


Donc oui, faire de la marche ou des squats à vide sont parfois suffisant dans notre "état". Heureusement, il existe d'autres activités plus fun comme l’aquagym, le pilâtes, le yoga, les entraînements à l’aide d’un swissball et pourquoi pas … Danser !


Ce qu’il est important de retenir c’est que chaque grossesse est unique et donc par conséquent voici mes conseils...





  1. Consulte avant de pratiquer et n'hésite pas à poser toutes tes questions aux professionnels. Il n'existe pas de mauvaises questions.

  2. Ne te compare pas aux femmes qui s’entrainent sur les réseaux sociaux (y compris moi !) car nous avons chacune une histoire sportive différente qui va répercuter sur la fréquence et l’intensité d'entraînement une fois enceinte. Prends les idées qui te sont favorables, qui t'inspirent ou te motivent.

  3. Ne pas te sentir (trop) frustré, surtout si tu es une sportive addict, si tu ne peux pas t'entraîner comme d'habitude. Il faut que tu acceptes que sur cette période il y a de nombreux paramètres que tu ne pourras pas contrôler puisqu’il y a au moins 1001 maux liés à la grossesse, enjoy! Donc forcément, tu auras des hauts et des bas physiquement. Et puis, dis toi que durant 9 mois tu vis pour deux donc tout ce que tu fais se répercute sur ton bébé...

  4. J'insiste sur l'importance d'adapter son entrainement et ce, peu importe dans quelle forme tu te sens. S'écouter c'est bien, mais parfois ce que l'on ressent ne reflète pas la réalité. Malgré le fait que tu te sentes bien et en super forme, tu restes une femme enceinte avec tout ce que cela engendre. Reste raisonnable sur la fréquence, l'intensité et le style de tes séances au risque sinon de le payer au moment de l'accouchement ou sur la période post-natal : un périnée trop tonique peu compliquer l'ouverture du col et rendre l'accouchement par voie basse très long voir impossible ou encore une trop forte sollicitation de grand droit peut aboutir une dystasie de la ligne blanche.


Pour conclure :

Prends en compte cette période particulière, ton “niveau” sportif et lâche prise! J’insiste sur le fait que je communique autour de la grossesse non pas pour convaincre toutes les femmes enceinte de s’y mettre, cette décision est bien trop personnelle, mais pour permettre à celles qui le souhaitent de pratiquer sereinement !


Laissez un commentaire, partager, échanger entre vous sur le sujet ! Toutes informations complémentaires sont les bienvenues afin de compléter cet article :)



45 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout